24 mars 2008

A deux pas de chez toi

Je ne sais pas encore si ça me fait du mal, mais ça me coupe l'appétit. Le parc sonne. Mes voisins rentrent de week-end. Le kebab en bas a des odeurs de friterie jusqu'à mes fenêtres. La lumière est jaune. Je suis étirée. Tout est à sa place. ~ Oreille ~ Au coin du monde ~ Keren Ann
Posté par Pincettes à 19:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 mars 2008

A la télé ce soir

Tout le monde sait que j'ai un égo et un sur-moi excessivement sur-développés. Donc, lorsque je m'ennuie, que fais-je ? Je relis mon blog et mes anciens blogs... Chacun ses occupations, mais c'est surtout que j'en avais marre de mater le plafond. Donc j'ai jeté un coup d'oeil pas très discret à mon blog précédent que j'avais été obligée d'arrêter parce que je suis une nouille qui avait fait une connerie dans la mise en page. Bref.Donc en relisant ce blog là, je me suis aperçue que j'avais écrit un truc cool et léger, un truc digne de... [Lire la suite]
Posté par Pincettes à 17:20 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 mars 2008

Le silence de mes conversations

Il est trop facile de ne rien dire. Il n'est pas si facile de faire semblant.C'est juste la brûlure dans l'estomac, les désillusions et aucun manquement au pardon. Aléatoire. Ou invisible. Numéro de sécurité sociale. Numéro d'identité nationale. Date de naissance. Prénom, vite relégué au terme de rien. Nom de famille bafoué. Il ne représente rien d'autre qu'un passé dont je ne me souviens pas. Juste un déjeuner sur un balcon, des raisins secs dans une salade, du soleil et un paravent de bambou desséché à la balustrade. Puis... [Lire la suite]
Posté par Pincettes à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 mars 2008

Clermont-Ferrand photos

Posté par Pincettes à 23:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
23 février 2008

Grenoble. 1

Tu sors de chez toi, il fait froid, tu croises ton proprio dans sa camionette, il te dépose à l'arrêt Louis Maisonnat du tramway A direction Echirolles Denis Papin, cela t'a au moins évité le bus 51 mais tu trouves domage tout de même de ne pas l'avoir pris, tu n'auras pas croisé ce matin le sosie de Juliette Gréco. Tu débarques à l'arrêt de la gare, il fait toujours froid, et il y a bien plus de vent encore. Tu rejoins ton amie à la gare ou un peu plus tard, quelques mètres plus loin dans les locaux de ton école, tu te réchauffes aux... [Lire la suite]
Posté par Pincettes à 23:57 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 février 2008

Le clan des Siciliens

Chacun a des souvenirs particuliers. Chacun emporte avec lui sa mémoire et quelques particules de bonheur. Je cours après les souvenirs, les pensées (voilà pourquoi j'ai instauré les pensées latrines, et que je prévois de mettre en ville des feuilles vierges pour que les inconnus écrivent leurs pensées s'ils le souhaitent). Pas que je vive dans le passé, mais quand le futur est incertain, tatonnant, j'ai tendance, comme beaucoup de gens, à m'accrocher à des souvenirs. Sans pour autant m'enliser dedans. Je ne veux pas de ces "te... [Lire la suite]
Posté par Pincettes à 15:22 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

15 janvier 2008

Dans chaque ville ~ Comme un prologue

Dans chaque ville, il y a des rituels que tu as instauré sans même te rendre compte. Aller au cinéma le premier jour, le dernier jour. Abandonner des personnes. Marcher vite quand il fait nuit avec de la musique dans les oreilles. Attendre que quelque chose t’arrive. * Grenoble est sans doute le meilleur souvenir cinématographique qui t’es arrivée. Entrer dans cette ville comme une renaissance et y goûter le cinéma avec Clean. Puis en sortir comme un passage oblige avec Boarding Gate. Et te... [Lire la suite]
Posté par Pincettes à 09:09 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
12 janvier 2008

Même mélancolie fauve

Il y a des choses qui comme ça, en rappelle d'autre. Chiara Mastroianni qui se promène au jardin des plantes, qui chante exactement sa chanson rue Buffon. Et forcément c'est une chanson triste, de celle qui font des trous dans le ventre. Il y a toujours des petites choses comme ça, de l'incompréhension, des pardons déjà accordés, du manque et de l'absence et aussi un peu de solitude sûrement.Se battre contre quatre murs. Il y avait quelques années à peine c'était à son tour de s'arracher les cheveux de me faire peur de m'attirer... [Lire la suite]
Posté par Pincettes à 23:10 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
09 janvier 2008

Ce lieu

Il y a ce lieu dans ma tête. Celui de l'imperfection, de l'imaginaire, de la vérité. Des conjugaisons et des conjonctions nerveuses qui se multiplient pour former des personnages de papier. Exit les mensonges pluriels débités à l'heure toute la journée sur mes actions selon la personne à qui je m'adresse. Qui saura la vérité ? Est-ce simplement un jeu ? Ou un simple moyen de m'éterniser à l'infini ? D'être différente pour chaque personne ? Sentiment de perfection ? Satisfaction ? Ennui ? Dérangée ? Facettes multiples ? Labyrinthe ?... [Lire la suite]
Posté par Pincettes à 00:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 janvier 2008

Trouver quoi dire, les mots difficiles

C'est l'instant des nuits carrillones, ce moment où tout commence dans le flou du noir aux fenêtres où rien ne passe. C'est le T lorsqu'il y a des mots que je ne dis pas à l'intérieur de moi qui se révoltent. Minuit, l'heure du crime. Elle sait bien pourtant, mais je ne lui dis pas. Je n'ai rien dit d'autre qu'un stupide arrête égoïste, je me suis retenue au s'il te plaît. Puis tout est sorti en vrac. Les joues brûlantes de l'eau salée dans un lieu inconnu. Rien à serrer. Rien à regarder. Rien pour se faire rassurer qu'un petit... [Lire la suite]
Posté par Pincettes à 00:21 - - Commentaires [1] - Permalien [#]