12 décembre 2008

Boum

Il n'y a plus rien à dire. Maintenant il faut foncer. Dans les orties. Et les calvaires. Se goupiller le corps et en extraire toute essence essentielle à la survie. Avancer. Comme toujours. Boum. Et lâcher un cri, toujours des cris. Pour expulser. Le surplus d'humanité décongelée des entrailles assaillies de toute part par les guerriers innocents. Ne pas savoir et enfin comprendre. Les chemins de l'horizon. Ne pas partager ça. D'un commun qui ennuie. A force. Tout perdu pour tout retrouver. Ailleurs et d'autre forme. Inconnu. A... [Lire la suite]
Posté par Pincettes à 23:03 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

01 juillet 2008

Un jour je t'aimerai moins jusqu'au jour où je ne t'aimerai plus

Elle t'a mangé les entrailles, profondes. Ne reste que des filaments ensanglantés entre tes doigts défaits. Yeux surpris. Jamais mangé la bouche elle ne t'a. Jamais. Tu la regardes jaunie vieille photographie bonbon acidulé accompagnée de cheveux crépus. Elle ne te rassemble plus les picotements et la joie simple qui t'animait à son entente pardonnée. La hyène. Elle a tout mangé de toi. Ne reste que tes tréfonds abîmés et tes larmes insensées dans la nuit dominicale. Et cette chaleur et cette peur. Il ne reste que cela. Et... [Lire la suite]
Posté par Pincettes à 01:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 octobre 2007

Un mari

Ce matin, entre Adler et Duhamel, l’immuable créneau de ma douche d’avant départ au boulot, agitant mes mains ensavonnées je fais tomber mon alliance.Je la remets aussitôt mais avec beaucoup de difficultés qui me seront l’occasion de plusieurs vagues d’interrogation lors des minutes et heures suivantes, du séchage aux rebutantes tâches journalières et néanmoins professionnelles. Est-ce parce que j'ai maigri que ma bague s'est échappée ? Question idiote s'il en est, j'ai tout de même fait un tour sur la balance. Non, pas un gramme en... [Lire la suite]
Posté par Pincettes à 22:34 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
02 octobre 2007

Déraille

J'ai très longtemps habité près d'un pont SNCF, tout au nord de Paris.Un pont très noir, qui tremblait au passage des trains de marchandises, un pont que j'aimais.Comment pouvait-on aimer un tel amas de ferraille, lui trouver un quelconque charme ? Sans aucun doute, je devais être la seule dans ce cas. En tout cas, j'aimais à le croire. De ma fenêtre, je le voyais. La nuit, il se découpait sur la Seine et criait ses bruits, les hurlant dans la nuit sombre. Seul ami de mes nuits infécondes. Je l'écoutais déblatérer ses histoires de... [Lire la suite]
Posté par Pincettes à 22:33 - - Commentaires [5] - Permalien [#]