N E X T E X I T

12 décembre 2011

La reine des pommes a vu le jour

Maintenant, tu viens me lire ici http://lareinedespommes.blogspot.com/

Je t'apprendrai à jongler avec des pommes et à déguster une bonne pizza.

Posté par Pincettes à 13:21 - - Commentaires [2] - Permalien [#]


18 octobre 2011

Ecoute donc la sagesse

 

 

Cette année je ne ferai pas de théâtre, mais j'ai décidé de prendre des cours interactifs avec Michel Bouquet, et toc !

Posté par Pincettes à 23:20 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 octobre 2011

Tuons Bambi

Le sourire niais a disparu. Les bambi sont des connards. Je déteste ce dessin animé. Ca ne me faisait pas pleurer gamine, je trouvais ça chiant comme la mort justement. Même Panpan je ne l'ai jamais trouvé très drôle. C'est dire. Je crois même que je ne l'ai jamais vu en entier ce film.
Les bambi sont ceux qui te font les yeux doux et t'accours comme une merde. Puis Bambi il se casse comme il est venu, il a eu ce qu'il a voulu. Bambi, c'est même pas un bon plan cul. Bambi, c'est rien du tout. C'est un merdeux qui a des cornes sur la tête, c'est un faux héros. Bambi est insipide. Bambi te fait détester la nature, il pleut tout le temps, les chansons sont à chier et en plus les animaux, pour de vrai, ça parle pas. Et puis franchement, qui a déjà vu autant de cerfs dans une forêt ?
Moi je veux un bambi qui ne parle pas.
De toute façon j'ai pas de bambi donc il ne risque pas de parler. Et puis non, enfin de compte, j'veux pas de bambi, c'est nul.
J'veux pas de Prince Charmant ou Charmeur (c'est kif kif bourricot), parce que, qu'on se le dise JE NE SUIS PAS UNE FOUTUE PRINCESSE.

Nadège Prugnard a raison. Fucking Cendrillon.

Posté par Pincettes à 13:31 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

03 octobre 2011

Le train est en marche...

... je crois que cette fois je n'ai loupé ni l'arrêt ni l'horaire, mais punaise ça décoiffe, et j'ai toujours eu un problème avec mes cheveux.

Depuis cet entretien raté à l'ENS, c'est plus un fichu TER que j'ai pris, c'est carrément le TGV. Parlant de ça, pour ceux qui comme moi ont passé la barre des 25 ans, il existe une nouvelle carte 12-30 ans, c'est cool même si sur le coup on se prend un sacré coup de vieux dans la gueule. Anyway.
J'ai réussi l'exploit incroyable d'être reçue à l'oral du concours que j'ai passé en mai et je suis tellement fière d'avoir réussi un truc pour lequel je m'en foutais un peu, que maintenant j'ai envie de l'avoir juste par fierté. Enfin j'en sais rien. J'suis tellement fière d'avoir passé un échelon que je crois qu'en fait si je l'ai pas, je resterai sur l'exploit de l'oral et ça sera déjà pas mal ma foi. On a la fierté qu'on mérite, moi j'ai celle d'une feignante.
Puis je retravaille au Dépôt Légal, j'ai retrouvé mes supers collègues et j'ai un peu l'impression de revenir à la maison, même si au début j'ai surtout eu l'impression de retomber à la case départ. Mais là encore j'suis hyper fière. J'ai eu besoin de ne rien faire qu'ils m'ont proposé un CDD de 3 mois.

Sinon Big Brother est reparti à Nantes. Le premier matin de son départ j'ai eu une drôle de sensation en ouvrant mes rideaux du lit, j'étais persuadée qu'il allait être de l'autre côté. Ca m'a fichu en l'air deux matins de suite et mon café était un peu salé. Mais depuis ça va. Bien qu'encore à la seule pensée de me dire "tu ne peux pas le voir quand tu veux" j'ai les poils qui se hérissent, le nez qui pique. Mais il suffit de lever les yeux en l'air et la sensation passe. C'est un peu affligeant soit dit en passant.
Bon, attendez, je lève les yeux en l'air.
...
Ca va mieux.

Et le truc qui craint à l'instant même c'est qu'en fait je suis une fille. C'est rigolo d'être une série américaine quand tes potes te racontent leurs histoires de coeur ou de fesses, même que tu t'en sors pas trop mal en confidente et conseillère. Mais que ça t'arrive à toi, tu paniques un peu. Tu savoures et tu as l'étrange impression que t'as dû passer à côté d'un truc l'an dernier. Puis l'impression passe et tu te dis que t'as un coeur de pierre et que tu t'en fous des p'tits branleurs.
Ouais nan ça marche pas. Suffit de voir mon air niais.
Mais merde j'étais bien à bouffer des pizzas toute seule et faire des cookies le week-end !
Secoue la tête, ça fait sortir les p'tits branleurs.
Alors pourquoi tu rigoles comme une conne ?

Brigitte se prend un peu pour Cocorosie dans leurs accoutrements, mais cette chanson me colle à la peau. Même que je chante devant un public imaginaire.

 

Posté par Pincettes à 18:39 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

20 septembre 2011

Coming soon

IMG_9865

Posté par Pincettes à 23:10 - - Commentaires [3] - Permalien [#]


05 septembre 2011

Entretien d'embauche

Bref, on dit merde demain à 16h15

 

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Bref - 05/09

Posté par Pincettes à 22:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2011

La reine des pommes

Il est 23h57, je fais une pause coca dans Blow Up, j'ai eu Big Brother au téléphone, je repense à La piel que habito et à la discussion qui s'en est suivie. Big Brother est parti vivre à Nantes, Le P'tit Chéri s'en va à Saint-Etienne, Alice est à Marseille, et les biologistes cherchent du travail. Les autres c'est épars, ce sont le cercle clermontois. J'ai fait disparaître une encombrante. La famille va bien. Je relis Harry Potter et les Malaussène. Et je vais aller vivre à Paris. Quand, je n'en sais rien. Je suis au chômage. Demain j'ai rendez-vous à Pôle Emploi à 15h. A 17h30, je vais raconter ma vie aux Beaux-Arts au-dessus d'un demi kiwi. Tard le soir, Big Brother viendra squatter à l'appart' et il serait bien que je fasse des courses, ça nous évitera de manger des pizzas tous les soirs. Faudrait aussi que j'apprenne à décrypter les feuilles de l'Assurance Maladie et la LMDE et à surveiller mes remboursements, dixit maman. Faudrait aussi que j'achète un aspirateur un jour. Et que j'arrête de faire collection de petites bouteilles d'eau en plastique. Que je sache vider un cendrier aussi. Et que j'arrête de me demander comment ranger ma bibliothèque quand elle est pleine. Et surtout, surtout, que je trouve du taf à Paris, un appart' où les toilettes ne seraient pas sur le palier, et ça sera parfait, en septembre 2012, je pourrai passer mon temps bouleverd Jean Jaurès, puis Saint-Michel à Gibert pour trouver un Molière. Bref, j'ai un an pour me préparer aux Cours Florent.

Ah et sinon j'envisage un nouveau blog qui pourrait s'appeler La Reine des Pommes, même si je ne suis pas Valérie Donzelli (ni Lio d'ailleurs, ça se saurait !)

Reinette

Posté par Pincettes à 00:12 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

11 juillet 2011

Rolant Petit et les Pink Floyd

Posté par Pincettes à 12:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

16 mai 2011

I'm a loser baby 2

Bon, bon, bon.
Je n'ai strictement rien à dire et c'est bien le plus emmerdant. C'est toujours aussi ennuyant et pas drôle du tout. Je ne sens rien ou je ne ressens rien c'est du pareil au même. Non seulement je suis spectatrice mais je deviens aussi actrice. Les autres jouent faux des scènes de la vraie vie et moi je regarde d'un oeil morne. Mais de temps en temps je balance une réplique et je repars en coulisse. Je m'ennuie. Sérieusement.
Je passe mon temps à ne rien faire. Ou faire semblant. Des gens bien intentionnés me règleront mon compte par A+B en me démontrant que c'est faux. Mais quelle importance ? Ca n'a aucun intérêt ce que je fais.

Je lis des choses, je prends des notes, soit disant que je prépare un concours. Que je l'ai ou que je l'ai pas, le résultat sera le même. J'en ai pas envie, je m'en fous, je ne sais pas pourquoi je le fais. Sans doute parce que le matin je me lève avec la conviction qu'il faut faire quelque de sa vie, le midi les convictions sont ébranlées et le soir elles sont inexistantes. Et tout ça sans aucune réflexion établie, arguments valables, péripéties intéressantes. Non. Les choses sont là puis l'instant d'après elles n'y sont plus et on ne cherche même pas à savoir pourquoi, on attend de voir si elles reviendront d'elles-mêmes.
Merde, je redeviens passive.

Alors je regarde Cannes. J'aime bien Cannes. Comme dirait mon rôle dans Guitry "Tu sais que le rêve de mon enfance avait été de faire du théâtre, tu sais que j'ai toujours adoré les acteurs". Bon, Cannes, ça me fait rêver, ça me fait toujours verser une larme à un moment donné, ça me donne toujours envie de boxer quelqu'un à un autre moment, ça me donne envie de manger des fraises, de porter des sandales, de me couper les cheveux, de mâcher du chewing-gum, de perdre ma vie dans celles fictives des autres. Ca me donne envie d'espérer que De Niro ne fera pas gagner la Palme d'Or à un documentaire, parce que les documentaires ça me fait pas rêver.
Et puis si je suis déçue c'est pas grave. Tout ça c'est pour du faux, ça compte pas.

Alors ensuite je regarde Roland Garros. J'aime bien Roland Garros. Ca me fait pas rêver parce que je sais pas jouer au tennis, que j'ai jamais su, mais c'est pas grave. Ca m'hypnotise et c'est l'essentiel. Comme le cinéma en fait. Mais c'est limite mieux. Le cinéma je ressens beaucoup de chose, je pleure, je ris, je frissonne, je me calfeutre sous mes draps, bref je vis l'histoire qu'on me raconte et si elle ne m'a pas séduite je me la raconte à nouveau avec ma propre version, en un mot ça fait réfléchir un minimum ou tout du moins les neurones s'entrechoquent et se disent bonjour. Mais Roland Garros c'est le summum de ma passivité. Je ne fais rien, je ne pense pas, je regarde. C'est fa-bu-leux. Deux personnes qui tapent dans une balle sous le cagnard. Je mange toujours des fraises, généralement au mois de mai je fais une overdose de fraise. Et je bois des sirops à la menthe ou à la grenadine, le tout avec une Gertrude en bouche. Je sirote et je glandouille, je marmonne toute seule pour encourager les joueurs et je grogne après les commentateurs. Le plus souvent je me retrouve à couper le son de la télé et mettre la musique à fond, à genoux au sol, le bras en l'air et le poing fermé. Bon finalement je ne suis pas si passive quand je regarde le tennis. Mais ça m'évite de penser à moi.

J'ai horreur de penser à moi. C'est chiant ma vie. C'est fade et pathétique.
Les questions m'emmerdent, elles exigent des réponses, donc une réflexion, donc une pensée. Moi je veux juste tourner les talons et qu'on me foute la paix.
"Comment ça va ?" ; "T'as fait quoi ce week-end ?" ; "T'as passé une bonne journée ?" ; "Tu fais quoi l'an prochain ?" ; "Tu vas faire quoi de tes vacances ?" ; "Tu toucheras combien quand tu seras au chômage ?" ; "Est-ce que tu te brosses les dents avant d'aller te coucher ?" ; "Est-ce que tu manges ?" ; "Est-ce que t'as mal aux pieds ?" ; "Pourquoi tu vas partir de ton boulot alors que t'as la chance d'en avoir un ?" ; "Comment tu vas faire si tu retrouves rien ?" ; "T'as pas l'impression d'être une grosse merde ?"

Tout fout le camp. Je lâche prise.
Je suis prétentieuse, luxueuse, perdante et gagnante à la fois, courageuse et naïve, gentille et méchante, perdue et retrouvée. Je vais vous perdre en route parce que je vous emmerde et je ne le dirai plus tout bas. Le seul intérêt c'est moi, et je compte bien passer l'année prochaine à m'identifier, me trouver, m'attacher, apprendre à dire non.
Après tout, je viens de me faire adopter, ma vie est donc toute neuve, j'ai droit à une renaissance.

 

Posté par Pincettes à 14:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10 avril 2011

Deux pour une / My body is a cage

Découvrir cette reprise d'Arcade Fire par Peter Gabriel dans un épisode de House MD et se rendre compte que la version originale fait toujours se hisser les poils des bras.

 

Posté par Pincettes à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]